Interview pro : Société de courtage Bonne-assurance.com

Interview pro : Société de courtage Bonne-assurance.com

Retrouvez l’interview du fondateur de la bonne assurance, Fabrice ROBERT.

Pour ce nouveau format, nous retrouvons Fabrice Robert, fondateur de bonne-assurance.com. C’est une société de courtage en assurance qui intègre une plateforme 100 % digitale.

Les clients sont guidés vers la garantie la plus adaptée à leur situation parmi plus de 12 partenaires, assureurs.

Cette entreprise réalise plus 320 000 évaluations par 150 000 utilisateurs mensuels.

Vous avez aussi la possibilité de retrouver des travaux de fin d’études d’étudiants de différents niveaux d’études.

Questions à propos de Fabrice Robert :

Pourquoi vous avez choisi l’assurance ?

Grâce à une belle rencontre avec une personne passionnée par ce secteur d’activité qui m’a transmis l’envie de tenter ma chance.

Quel parcours scolaire et professionnel avez-vous eu pour en arriver là où vous en êtes ?

Au niveau scolaire, un Bac + 2 commercial suivi d’une école de commerce avec une spécialité en marketing. Intégration par la suite de la société UAP et formation en interne.

Vous êtes-vous spécialisé dans un domaine précis ?

Oui dans les assurances de personne : mutuelle santé, garantie emprunteur et prévoyance.

Quelles ont été vos motivations pour créer bonne-asssurance.com ?

Développer une entreprise m’a toujours attiré et donner vie à des projets est extrêmement épanouissant.

Avez-vous eu des obstacles dans votre carrière ? Lesquels ?

La gestion humaine représente à la fois l’aspect le plus stimulant, mais aussi le plus périlleux dans l’aventure entrepreneuriale.

Pourquoi avoir fait le choix d’être courtier d’assurance ?

Le courtier recherche la meilleure solution d’assurance auprès de plusieurs partenaires. Ainsi, l’offre présentée a plus de chance d’être adaptée à la demande initiale avec une satisfaction plus grande de la part du client.

Qu’est-ce qui est le plus gratifiant dans le métier de courtier ?

De donner le bon conseil et d’être remercié en retour par les clients.

Qu’est-ce qui est le plus désagréable dans le métier de courtier ?

D’apporter des réponses aux clients relatifs aux dysfonctionnements ou aux manquements d’assureurs même si cela est plutôt rare.

Comment se déroule une journée type ?

Au sein du cabinet Bonne-Assurance.com, nous conseillons et répondons à notre clientèle de 9 h 30 à 18 h 30 du lundi au vendredi par téléphone essentiellement. Ces missions sont réalisées par notre service commercial. En parallèle, une deuxième équipe édite et alimente de contenus notre site Internet.

Quel est le salaire moyen d’un dirigeant d’un cabinet de courtage ?

Cela est très variable et varie en fonction de la taille de la structure. Je n’ai pas de chiffres précis à vous communiquer.

Questions à propos bonne-assurance.com

Comment bonne-assurance.com arrive à se différencier des autres courtiers ?

Une volonté quotidienne de rendre le meilleur conseil grâce à des offres assurantielles pertinentes associées à des services numériques très pointus.

Combien de personnes travaillent chez bonne-assurance.com ? Quel parcours ont-ils eux ?

Au total, 8 personnes travaillent chez Bonne-Assurance.com avec des parcours personnels très variés. Une partie du personnel vient de l’assurance avec une expérience importante notamment pour le service commercial. Pour l’équipe Web, il s’agit de profils plus jeunes et issus du monde de la communication.

Quels services étaient proposés à la création de bonne-assurance.com ?

Essentiellement un service gratuit de comparaison de contrats de complémentaires santé individuels.

Quels ont été les points clés de l’évolution de bonne-assurance.com ?

L’avènement d’Internet et l’utilisation des moteurs de recherche dans les années 2004 et 2005 ont permis un développement soutenu et maîtrisé.

Que pensez-vous des formations professionnelles (en alternance) en assurance ?

Ces formations sont très en vogue, car elles intègrent une dimension pratique très appréciée par les courtiers ou agents généraux. Nous avons utilisé ce dispositif à de nombreuses reprises tant sur la partie commerciale que Web.

Apportent-elles une plus-value dans une candidature ?

Clairement sur l’aspect opérationnel.

Quelles sont vos ambitions pour les prochains mois et prochaines années ?

De soutenir notre développement actuel par le recrutement de nouveaux talents combiné à une croissance de l’audience de notre site Internet.

Les conseils de Fabrice ROBERT

Quels conseils donnerez-vous aux personnes qui souhaitent se lancer dans l’assurance ?

De bien comprendre l’environnement réglementaire qui ne cesse d’évoluer en s’inscrivant, par exemple, au syndicat planète CSCA.

En termes de salaire, quelles sont les tranches pour un collaborateur diplômé d’un BTS ou d’une licence ?

Un jeune diplômé peut prétendre entre 20 et 35 k€ par an.

Est-ce qu’il y a une différence de salaire entre une personne ayant un BTS et une personne ayant une licence ?

Il faut se rapprocher de la grille de salaires existante au sein de la convention collective du courtage en assurances. Cette grille de salaires évolue chaque année.

Avez-vous des conseils à donner à l’apprenti cherchant une entreprise pour sa formation ?

Afin de démontrer sa motivation, je lui conseillerais de démarcher les entreprises via des candidatures spontanées et de le remettre en mains propres aux dirigeants ciblés.. Il peut également utiliser gratuitement un espace sur notre site qui permet la publication de travaux de fin de stage. Il pourra ainsi valoriser son profil et se démarquer de la concurrence.

Questions sur l’actualité

Pensez-vous que les réseaux sociaux ont une place importante dans l’assurance ?

La digitalisation est en plein essor dans le domaine de l’assurance et les réseaux sociaux jouent un rôle significatif dans cette tendance notamment en B To B.

Quel est l’impact du Covid19 sur la prévoyance et la santé ?

Certains assureurs partenaires nous indiquent une augmentation des consultations à distance (téléconsultations) et des indemnités journalières.

Quel est votre avis sur les assureurs qui sont montrés du doigt actuellement pendant cette crise ?

On peut comprendre l’opinion publique même si contractuellement le risque de catastrophe sanitaire n’est pas couvert pas les contrats multirisques professionnels. La décision des sociétés d’assurance de doubler à hauteur de 400 millions d’euros leur contribution au fonds de solidarité est une excellente initiative.

Si vous êtes, vous aussi un professionnel de l’assurance et que vous souhaitez vous faire interviewer, merci de me contacter par mail : aidebtsassurance@gmail.com.

Merci d’avoir lu cet article, n’oubliez pas que vous avez la possibilité de recevoir des questionnaires de révision en appuyant sur le bouton ci-dessous.

Pour être prévenu de la publication des nouveaux articles, vous pouvez enregistrer votre adresse e-mail ci-dessous.